Guilde jeu de rôle elfe de sang - Kirin Tor EU


    Astelian Lamesoleil.

    Partagez
    avatar
    Astelian Lamesoleil
    Admin

    Messages : 20
    Date d'inscription : 25/03/2017

    Astelian Lamesoleil.

    Message par Astelian Lamesoleil le Mer 29 Mar - 19:18

    Champion Astelian Lamesoleil




    "Nous nous devons à notre peuple avant de nous devoir à quiconque. C'est une leçon que j'ai apprise dans le sang et les larmes, sauras-tu l'écouter ?"


    • Prénom: Astelian
    • Nom: Lamesoleil
    • Classe : Chevalier de sang
    • Sexe : Masculin
    • Guilde ou Organisation : Ordre des chevaliers de Sang, Garde de Sang.
    • Résidence: Lune d'Argent, Hall de Sang.
    • Lieu de naissance: Traces perdues avec la destruction de Lune d'Argent au cours de la 3e guerre.
    • Age: Adulte
    • Race: Elfe de sang
    • Famille: Essentiellement inconnue, ayant choisi d'abandonner son vrai nom pour celui de Lamesoleil entre le moment où il a rejoint la Main d'Argent et celui où il a rallié les forces de Kael'Thas. De par son allure physique, on le dit descendant d'une haute maison de Quel'Thalas, mais il est plus que probable que tout ses représentants soient morts durant l'attaque du Fléau, et le Champion refuse catégoriquement d'aborder le sujet.
    • Amis: Il a noué assez peu de liens au cours des dernières années, mis a part avec les autres Chevaliers de sang avec lesquels il a pu combattre. Il garde également contact avec certains Solfurie ayant rejoint Lune d'Argent en même temps que lui après les événements du Puit de Soleil, dont le Magistère Llorael Coeur-ardent en particulier, qui semble être un de ses amis les plus fidèles.
    • Ennemis: Tout ce qui pourrait menacer Quel'Thalas ou le peuple Sin'dorei.
    • Adore: Le combat, la reconnaissance, atteindre ses objectifs.
    • Déteste: Le non-respect des traditions, les rumeurs, la politique, qu'on l'interroge sur son passé.

    Description Physique
    Bien qu'usé par les nombreux combats qu'il a mené, le visage de l'elfe reflète à n'en point douter une haute naissance. Sa chevelure d'or fin, rejetée en arrière dans les règles de l'art thalassien encadre un visage altier. Son large front, ses pommettes hautes et son nez fin lui donnent un air particulièrement solennel, généralement caractéristique des membres de l'aristocratie elfe. Ses yeux d'un vert étincelant portent un regard insondable, dans lequel certains ont voulu voir du remords.

    Il porte généralement une armure dorée typiquement thalassienne, ornée de faucons et de symboles solaires, bénie par les énergies du puits de soleil et façonnée pour lui dans la plus pure tradition Sin'doreï, qu'il conserve et entretient presque religieusement. Bien que son rang de Champion l'autorise au port de son armure personnelle, il arrive qu'elle étonne tant son style contraste avec les armures austères des uniformes traditionnellement portés par les Chevaliers de sang. Sur sa poitrine s'étale invariablement le tabard de l'Ordre, tandis qu'une cape aux entrelacs rouges, dorés et noirs d'une qualité exceptionnelle repose sur ses épaules. Cette cape, souvenir de l'aide apportée aux Saccage-soleil en Norfendre, aurait de quoi faire rougir le meilleur tailleur de Lune d'Argent, et constitue la seule coquetterie qu'il s'autorise.

    Sa longue lame double complète le tout. Reçue alors qu'il était au service du prince Kael'Thas au donjon de la tempête, sa garde symbolise les ailes d'un phénix enserrant une gemme rouge de nature clairement magique.
    Actuellement
    A été laissé à Lune d'Argent avec une petite unité de Chevaliers de sang lorsque l'Ordre a rejoint la Main d'Argent nouvellement recréée, en raison de sa méfiance vis a vis de toute nouvelle association avec les humains ainsi qu'avec l'Alliance.

    Cette unité, baptisée sommairement La Garde de sang, a pour vocation de laisser aux mains du Seigneur régent une force d'élite capable de remplir les devoirs de l'Ordre des chevaliers de sang au service de Quel'Thalas.

    Parmi les chevaliers de sang les plus anciens de l'unité, le Champion ne s'en est pas vu confier le commandement nominatif en raison de la méfiance toujours pérenne à son égard, due essentiellement à son ancien statut de Solfurie, mais aussi à son passé mystérieux sur lequel il refuse rigoureusement de revenir. Cependant, il a pris à charge l'entrainement et l'organisation de la Garde de Sang, ayant à coeur qu'elle puisse, malgré ses effectifs réduits, remplir brillament toutes les missions qui lui incombent. Au vu du succès inespéré rencontré, il serait pressenti à être nommé malgré tout officiellement à sa tête, au rang de Chevalier-Seigneur, rumeurs qu'il balaye d'un revers de main, faute d'être capable de les empêcher d'enfler.

    Résumé de son histoire


    Les détails de la naissance d'Astelian Lamesoleil se sont perdus dans les brumes du temps et le fracas des combats. On le dit descendant d'une branche mineure d'une grande maison de Quel'Thalas, mais le nom s'en est perdu lors de l'attaque du Fléau, quoiqu'il en soit, il ne fut jamais un membre brillant de la noblesse thalassienne.

    De ses rares aveux sur cette période, on apprend qu'il rejeta les études magiques auxquelles ses parents le prédestinaient naturellement, il ne rêvait que de partir au combat l'épée à la main, ce qui le maintint en conflit avec sa famille de très longues années. En effet, même avec le Horde à leurs portes durant la deuxième guerre, ils n'admirent jamais qu'il souhaite apprendre le combat sans maîtriser la magie, état qu'il considéraient indigne de son nom et de son rang.

    Le fait qu'il ait été l'un des rares à être sensible à la foi humaine qui s'implantait timidement dans le Royaume magique ne joua pas en sa faveur, mais finit par lui procurer l'échappatoire qu'il attendait depuis longtemps. L'Eglise de la Lumière recherchait des volontaires pour étoffer l'Ordre de la Main d'Argent, et quelques rares elfes furent parmi ceux-là. Astelian, sous une fausse identité, et après avoir pris quelques précautions, répondit à l'appel et laissa pour toujours derrière lui son nom et sa famille.

    Il fit là la connaissance de Mehlar Aubelame, un autre des quelques aspirants paladins parmi les Hauts-elfes, ils ne furent jamais bien plus nombreux. Astelian trouva enfin parmi les humains l'exaltation qu'il recherchait, et se révéla un élève particulièrement doué. La foi en la Lumière et son entrainement lui procuraient tout ce qui lui avait toujours manqué en Quel'Thalas, et, durant quelques trop courtes années, il eut le sentiment d'avoir trouvé sa place.



    Astelian, chevalier de la Main d'Argent


    Puis survint le Fléau, et son destin le rattrapa.

    Il combattit de toutes ses forces les Morts-vivants, mais ne put qu'assister impuissant à la trahison du prince félon, et à la ruine progressive de son pays d'adoption, sa foi commença a vaciller, tout comme son aveugle confiance dans les humains. Mais rien ne le préparait au bouleversement qu'il allait subir. A peine remis de la nouvelle de la mort d'Uther, il apprit peu après la ruine totale de Quel'Thalas. Malgré toutes les rancœurs accumulées au cours des années, il eut soudain le sentiment d'avoir failli à son devoir le plus sacré : protéger les siens.

    Pris d'une rage folle, il renia sa foi et tout ce qui avait été sa vie ces dernières années. Ses frères paladins furent la cible des pires accusations, dictées par la colère. Celles de lui avoir caché le combat en cours, de ne pas été au secours des siens, d'avoir créé un monstre qui avait détruit son foyer. Après quelques copieuses insultes, il jeta a terre son tabard avant de les quitter médusés, prenant immédiatement la route de Quel'Thalas, où le fils du roi rassemblait les survivants.

    Son destin fut des lors lié à celui de son seigneur et maître, le prince Haut-Soleil. Il se présenta sous le patronyme de Lamesoleil, en hommage et par fidélité à son suzerain. Nul ne lui posa de questions, le grand traumatisme était alors très récent, et nombreux en ce temps les elfes qui changeaient leur nom, en mémoire de leurs morts glorieux où pour appeler de leurs vœux l'heure de la vengeance. De sa famille proche, nul n'avait répondu à l'appel, probablement tous morts, et aucun de ceux, parmi les vivants, qui auraient pu le connaître ne le reconnurent. Il laissa tout cela derrière lui afin de se forger une nouvelle identité. Il ne serait pas le fils indigne d'une illustre lignée qui avait fui vers les humains, mais le digne défenseur de son peuple.

    Sa foi avait volé en éclat, et avec elle pensait-t-il sa maîtrise de la Lumière, mais il était désormais animé d'une détermination plus sombre mais plus féroce. Il suivrait son prince quoiqu'il en coûte, jusqu'aux confins de la terre s'il le fallait, et plus jamais il ne faillirait à nouveau à son peuple. Il n'imaginait pas avoir à la fois autant raison, et se tromper si lourdement.

    Sa courte collaboration avec les troupes d'Othmar Garithos le conforta dans sa nouvelle vision des humains. Bornés, stupides, ingrats et traîtres, par dessus le marché. Le maréchal incarnait tout ce que la colère avait tissé dans le coeur d'Astelian au sujet de ses anciens amis. Du plus profond des cachots de Dalaran, il conçut une haine féroce de ceux qui furent jadis pour lui des amis. Une haine qui persisterait toujours, se muant en méfiance indélébile avec les années, même après avoir pu méditer sur ces temps troublés.

    Le périple du prince mena Astelian en Outreterre, où il participa aux grandes batailles que mena le Roi-Soleil dans ces contrées dévastées. S'il n'aimait pas au fond de lui leurs nouveaux alliés, il avait une confiance aveugle en son prince. Son courage fut maintes fois récompensé. Il fit partie de l'escorte qui ramena la prise de guerre, le Naaru M'uru en Quel'Thalas. S'il n'avait pas prévu l'utilisation qu'en ferait son peuple, il fut parmi les premiers sélectionnés par Dame Liadrin et le Magistère Ligesang à goûter à ce nouveau pouvoir. A sa grande surprise, sa lumière lui revint des le malaise de la profanation passé. Ce n'était plus la lumière bienveillante qu'il avait jadis connu, mais qu'importe, le pouvoir était là, et c'est tout ce qui importait. Son entrainement fut de fait assez rapide, le pouvoir brut du naaru remplaçait la foi stupide et bigote de ses jeunes jours, mais il en maîtrisait déjà les utilisations bien que l'adaptation lui nécessita quelques casse-têtes que n'eurent pas à affronter d'autres chevaliers, formés nouvellement au maniement de cette énergie par la Matriarche.

    Il ne resta pas longtemps en Quel'Thalas, des que possible, et à sa demande, il repartit auprès de son prince en Outreterre, aux cotés d'autres chevaliers de sang nouvellement formés. Ceux-ci se répandirent rapidement parmi les forces de Kael'Thas. Astelian, en vertu de sa bravoure au combat et de sa fidélité, fut sélectionné pour rejoindre les fidèles des fidèles. La Main Cramoisie, la garde d'Honneur de Kael'Thas. Il se retrouva rapidement sous les ordres du Champion Alahaiel Haute-Lame, un des favoris du prince. Fidèle à son serment, Astelian servit avec détermination et fidélité.

    Et l'impensable se produisit, alors qu'il était mandaté pour accompagner le Magistère Llorael Coeur-Ardent pour une tournée d'inspection de routine, des envoyés de Shattrath parvinrent à s'introduire dans le donjon de la tempête et a assassiner le prince. La nouvelle fit aux deux elfes l'effet d'une bombe. Cette fois, c'en était fini de leur peuple, sans guide, et malgré tout leurs héroïques combats, ils allaient bientôt succomber finalement à leur soif de magie, et être oubliés.

    Dans leur fureur, les deux compagnons se laissèrent aller au désespoir, traquant toute créature qui pourrait calmer leur soif, qu'ils savaient désormais incurable. C'était l'heure où tout était perdu, à quoi bon tenter de rejoindre les leurs. Sans le prince, les elfes de sang n'étaient plus rien...

    Ils finirent toutefois pas être retrouvés par leur semblables, qui leur apprirent une nouvelle inespérée. Tel le phoenix, le prince s'était élevé à nouveau, et il appelait à lui ses fidèles serviteurs. Les deux elfes trouvèrent dans cette nouvelle la force de surmonter leur frénésie naissante, et rallièrent le refuge de leur seigneur miraculeusement vivant.
    Ce n'était qu'a moitié vrai, hélas. Pour sur, le prince était en vie, mais l'attaque avait laissé en lui des stigmates indélébiles, et même son coeur semblait avoir changé. S'efforçant de ne pas s'en soucier, les deux compagnons s'empressèrent de reprendre leurs devoirs respectifs.

    Mais ce n'était pas son prince. La vérité finit par lui éclater au visage telle une déflagration. Son corps avait peut-être survécu, mais pas la noblesse de son coeur, ni rien de ce qui en faisait son Roi. Il n'était devenu qu'un pion de plus aux mains des démons, qu'il se vantait jadis de contrôler. Déjà, il ourdissait le projet dément de retourner en Quel'Thalas afin d'y amener ses nouveaux alliés, ou plutôt ses nouveaux maîtres. Pour la seconde fois, Astelian fut pris de doutes. Avait-t-il, une fois de plus, failli en choisissant où placer son allégeance. Malgré toute sa colère et sa soif de vengeance, servir les démons n'avais jamais été à ses yeux une issue acceptable. D'autres pensaient comme lui, parmi lesquels Llorael Cœur-Ardent. Tandis que ceux trop fiers pour accepter de voir la folie qu'ils allient commettre en face continuaient à suivre aveuglement le Prince, Astelian et bien d'autres abandonnèrent leur poste, en même temps que leur fierté et leur orgueil.

    Et l'impensable fut leur seul salut. Nul n'était certain de la marche à suivre alors que le Chevalier de Sang plaidait pour retourner se rendre à Lune d'Argent, auprès de Lor'themar Theron. Il n'espérait pas avoir la vie sauve, simplement éviter de participer
    à la damnation éternelle de son peuple.
    C'est cette solution qui fut finalement retenue, et, comme de nombreux autres avec lui. Il ploya le genou devant le Seigneur-Régent de Quel'Thalas, prêt à payer le prix de ses erreurs, une fois de plus.

    Le verdict ne fut pas celui qui était attendu, Astelian ne s'attendait certainement pas a être pardonné, mais cela faisait sens. Les elfes de sang étaient en nombre affreusement bas, emprisonner voire exécuter une force d'élite dans ces conditions ne semblait pas pertinent. Il prit ce pardon pour ce qu'il était, non pas une absolution, mais une fois de plus, une nouvelle chance de servir son peuple.

    Et, pour la première fois, le Chevalier de Sang sut qu'il avait fait le bon choix. Le prince déchu fut vaincu, et ses plans démoniaques annihilés, mais, bien plus important, le Puits de soleil leur fut rendu. Suspicieux, le Seigneur Régent et Dame Liadrin avaient refusé qu'il participe aux combats de Quel'Danas. Il fut pendant ce temps déployé sur les frontières sud du Royaume afin de soulager les pérégrins en sous-nombre, se jetant dans la bataille avec d'autant plus de force qu'il savait qu'il était enfin à sa vraie place, protégeant les siens.

    Si ses faits d'armes dans les terres fantômes furent éclipsés par les héroïques vainqueurs de Quel'Danas, il en fut cependant certains, au sein des Chevaliers de Sang de la capitale, qui en tinrent compte. A moins que ce soit son ancienneté qui ait joué. Il fut élevé au rang de Champion, sans que cela ne lève toutefois les inévitables suspicions pesant sur sa personne.

    A vrai dire, le Champion nouvellement promu n'en avait cure, le mépris de ceux qui murmuraient dans on dos n'était rien comparé à celui qu'il se portait, non pas de sa défection des forces du prince, le seul choix censé de son existence, mais d'avoir par excès de zèle failli deux fois à ce qui aurait du être son devoir depuis son plus jeune âge.
    Au cours de cette période, Astelian prit le temps de réfléchir à sa place parmi son peuple. Il décida de conserver le nom qu'il s'était choisi, comme souvenir des erreurs à ne pas réitérer, mais également car sa signification profonde demeurait vraie. Il apprit également qu'il lui restait de la famille en vie, sa tante ayant survécu à l'invasion du Fléau. Si le Champion était sur d'une chose, c'était qu'il ne devait plus revenir en arrière, à aucun prix. Par chance, la sœur de son père avait quitté la capitale alors qu'il combattait dans les terres fantômes, pour, disait-t-on, une folle quête. Bien qu'incertain du fait qu'elle serait seulement capable de le reconnaître, le Chevalier de sang décida de ne pas provoquer la fortune, et se porta volontaire pour l'expédition en Norfendre afin de combattre le fléau récemment réveillé.
    Note Hrp

      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 10:56